LA BOITE A BOUTONS - Boutons Civils et Boutons Militaires
LA BOITE A BOUTONS - Boutons Civils et Boutons Militaires
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


IDENTIFICATION ET CATALOGUE DE BOUTONS CIVILS ET MILITAIRES FRANCAIS ET ETRANGERS
 
AccueilPortailDernières imagesS'enregistrerConnexion

 

 Bouton de la "MAISON DE NANTERRE"

Aller en bas 
3 participants
AuteurMessage
MORVAN

MORVAN


Messages : 2529
Date d'inscription : 23/06/2012
Localisation : Bourgogne

Bouton de la "MAISON DE NANTERRE" Empty
MessageSujet: Bouton de la "MAISON DE NANTERRE"   Bouton de la "MAISON DE NANTERRE" Icon_minitimeMer 16 Avr - 11:10

Bonjour,

Pour le partage un bouton de, la "MAISON de NANTERRE"
Créé en 1887 cet organisme servait à accueillir les mendiants, vagabonds et indigents du département de la Seine (PARIS),  elle est toujours en activité actuellement.

Diamètre 24mm
Marquage au revers:  TW & W Paris
Bonne journée à tous.

MORVAN
Bouton de la "MAISON DE NANTERRE" Maison11
Bouton de la "MAISON DE NANTERRE" Maison10
Revenir en haut Aller en bas
cathy(06napo)

cathy(06napo)


Messages : 6887
Date d'inscription : 01/03/2010
Age : 69
Localisation : Alpes Maritimes

Bouton de la "MAISON DE NANTERRE" Empty
MessageSujet: Re: Bouton de la "MAISON DE NANTERRE"   Bouton de la "MAISON DE NANTERRE" Icon_minitimeMer 16 Avr - 16:38

Bouton de la "MAISON DE NANTERRE" 811945 Morvan

Merci pour le partage de ce beau bouton . Bouton de la "MAISON DE NANTERRE" 196799 

Amitiés
Revenir en haut Aller en bas
http://objetsreligieux.forumsactifs.com/profile.forum?mode=editp
MORVAN

MORVAN


Messages : 2529
Date d'inscription : 23/06/2012
Localisation : Bourgogne

Bouton de la "MAISON DE NANTERRE" Empty
MessageSujet: Re: Bouton de la "MAISON DE NANTERRE"   Bouton de la "MAISON DE NANTERRE" Icon_minitimeMer 16 Avr - 16:52

Merci Cathy,

C'est toujours avec plaisir....
Amitiés

MORVAN
Revenir en haut Aller en bas
jean-jacques22

jean-jacques22


Messages : 4421
Date d'inscription : 11/10/2009
Age : 62
Localisation : Bretagne

Bouton de la "MAISON DE NANTERRE" Empty
MessageSujet: Re: Bouton de la "MAISON DE NANTERRE"   Bouton de la "MAISON DE NANTERRE" Icon_minitimeJeu 17 Mar - 10:48

Bouton de la "MAISON DE NANTERRE" 389141

En 1872, la Direction des travaux de Paris fait l’acquisition d’un terrain de douze hectares à Nanterre, à l’extrémité nord de la ville dans une zone quasi inhabitée, pour y construire une « maison de répression ». Le chantier a duré douze ans, de 1874 à 1886. Lorsqu’il est construit, le bâtiment de la prison de Nanterre est conçu pour accueillir d’un côté 1 000 hommes et de l’autre 500 femmes.
Au début des années 1870, le département de la Seine décida de faire construire par l’architecte Achille Hermant, un vaste établissement sur 17 hectares, à l’écart du bourg de Nanterre. En juin 1887, la maison départementale de Nanterre reçut ses premiers pensionnaires : 400 détenus en provenance de la prison de St Denis qui devait être démolie. Fondée en 1887, la maison départementale de Nanterre avait pour objet d’abriter le dépôt de mendicité anciennement situé dans la prison de Saint-Denis, devenue trop exiguë. Administrée par le préfet de la Seine, elle avait pour mission principale de recueillir les indigents de Paris et du département de la Seine, condamnés pour ou prévenus de délit de vagabondage. Ce dépôt de mendicité s'accompagnait d'un hospice de vieillards et d'une infirmerie.
Bouton de la "MAISON DE NANTERRE" Img40410
La construction de la première « Maison de Nanterre »

Dans son article paru dans la revue de la Société d’histoire de Nanterre, le président Robert Cornaille explique que le projet du Conseil général de la Seine était de transférer à Nanterre les détenus de la maison de répression de Saint-Denis, alors surpeuplée et insalubre. « L’établissement était destiné à des fonctions de prison d’État et de dépôt de la mendicité », écrit-il.

Le concours d’architecture est ouvert par le Conseil général de la Seine en 1874. C’est l’architecte Achille Hermant qui est retenu. Élève d’Abel Blouet à l’École des beaux-arts, il est architecte-expert près les tribunaux à partir de 1857. Inspecteur dans le service d’architecture de la ville de Paris en 1860, il devient chef de service en 1870. Nommé architecte de la ville en 1880, il a notamment réalisé l’agrandissement de la caserne de la rue Mouffetard (Ve) en 1883.

Robert Cornaille détaille le bâti de cette « réalisation moderne » : « Une double porte cochère, flanquée de deux pavillons comprenant le logement du concierge et un corps de garde, s’ouvre sur une vaste cour d’honneur, fermée par le bâtiment administratif. Celui-ci comprend le bureau du directeur. (…) À sa suite, viennent une chapelle au centre d’un jardin, puis des bâtiments pour loger une communauté religieuse, pourvus d’un petit cloître. Plus loin se trouve l’infirmerie, imposant édifice ayant reçu une sobre décoration, d’influence florentine. Cette disposition sur l’axe nord-sud matérialise la séparation entre le quartier des femmes à l’ouest et celui des hommes à l’est (…). Le quartier de détention cellulaire est isolé de l’ensemble par une enceinte intérieure. Il comprend quatre bâtiments de deux étages contenant quatre-vingt-huit cellules. Côté est, un bâtiment de douze logements pour du personnel a été construit le long du mur d’enceinte. La conception des bâtiments, élevés sur caves, et leurs aménagements obéissent aux préceptes hygiénistes de l’époque. (…) Les dortoirs, prévus pour cinquante personnes, et les ateliers, prévus pour vingt à cent soixante-cinq travailleurs, sont équipés de lavabos sur le palier. Chaque cour est pourvue d’urinoirs et de cabinets munis de chasses d’eau périodiques avec conduite au tout-à-l’égoût. Cet équipement constitue une innovation si l’on sait que le tout-à-l’égoût n’a été rendu obligatoire à Paris qu’en 1902 ».
Bouton de la "MAISON DE NANTERRE" 3775_110
La « Maison de Nanterre » devient très vite un « dépôt de mendicité ». Administré par le préfet de la Seine, il a pour mission d’héberger, dans un but à la fois humanitaire et d’ordre public, les indigents de Paris et du département de la Seine (vagabonds, mendiants, indigents infirmes ou invalides), selon le décret du 13 septembre 1887. Pour répondre aux besoins des populations, une infirmerie se développe ainsi qu’une maternité et une crèche. On compte au total un dépôt de mendicité, un hospice et une infirmerie hébergeant jusqu’à 4 900 pensionnaires : 3 400 hommes, 1 400 femmes et 100 enfants des hospitalisés.

Les détenues de Nanterre

Si les premiers reclus sont arrivés à Nanterre en 1887, c’est en 1890 que les premières détenues femmes y sont enfermées.

À partir de 1893, des femmes mineures de 16 ans purgent leur peine dans la prison de Nanterre avec les femmes majeures. Elles n’y restent pas longtemps, deux mois environ. Certaines sont des « insoumises », décrites comme des « jeunes vagabondes ou prostituées non encartées » qui étaient « punies administrativement comme telles par le préfet de police », selon le Répertoire des fonds conservés des archives de Paris.

Parmi les détenues célèbres, citons par exemple Gabrielle Bompard, reconnue coupable de l’assassinat de l’huissier de justice parisien Toussaint-Augustin Gouffé. Cette affaire sera connue comme celle de « la malle sanglante de Millery ». Son mari Michel Eyraud, complice, sera pour sa part guillotiné.

Au printemps 1902, toutes les femmes sont déplacées vers la maison d’arrêt de Fresnes dans le Val-de-Marne. C’est même la vocation carcérale de la Maison de Nanterre qui est abandonnée cette année-là au profit d’une mission exclusive d’assistance et de soin. Alors que la France fait face à une pénurie de l’offre hospitalière, l’infirmerie de la Maison de Nanterre devient petit à petit un hôpital à part entière. En 1893, elle est d’ailleurs autorisée à accueillir les urgences. En 1930, ce sont tous les patients de plus de 16 ans des communes environnantes qui peuvent venir être soignés.

En 1964, la Maison de Nanterre passe sous la tutelle de la préfecture de Paris puis, à la fin des années 1980, elle est déclarée « établissement public autonome à caractère sanitaire et social ». La loi n° 89-18 du 13 janvier 1989 lui confère ensuite une double vocation sanitaire et sociale avec : un pôle hospitalier performant et un pôle médico-social dont le but est d’héberger et de prendre en charge à des fins médico-sociales des personnes sans abri. Il change de nom et devient le Centre d’accueil et de soins hospitaliers (Cash). C’est à la même période qu’est construite la nouvelle maison d’arrêt des Hauts-de-Seine. Les premiers détenus y ont été reçus à partir de 1990-1991.
Amitiés
Source => https://www.actu-juridique.fr/droit-penitentiaire/nanterre-et-ses-prisons/
Revenir en haut Aller en bas
MORVAN

MORVAN


Messages : 2529
Date d'inscription : 23/06/2012
Localisation : Bourgogne

Bouton de la "MAISON DE NANTERRE" Empty
MessageSujet: Re: Bouton de la "MAISON DE NANTERRE"   Bouton de la "MAISON DE NANTERRE" Icon_minitimeJeu 17 Mar - 11:00

Bonjour Jean-Jacques,

Merci pour tes recherches et explications très intéressantes
Bonne journée
Amitiés

JC MORVAN
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Bouton de la "MAISON DE NANTERRE" Empty
MessageSujet: Re: Bouton de la "MAISON DE NANTERRE"   Bouton de la "MAISON DE NANTERRE" Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Bouton de la "MAISON DE NANTERRE"
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bouton Asile de Maison Blanche - XXème
» Bouton "Estafette du Commerce" - "Distribution d'imprimés" - Livreur privé d'une Maison d’Edition - fin XIX/début XXème
» Bouton à ID - légende "RIG . ITALI . DAT . VERON" - bouton italien ? (RELANCE POUR IDENTIFICATION)
» bouton petit module à id (bouton de volontaire Suédois ?)
» Bouton IHS - bouton-enseigne de Jésuite - XVIIème

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA BOITE A BOUTONS - Boutons Civils et Boutons Militaires :: ADMINISTRATION PENITENTIAIRE - DEPOT DE MENDICITE ET INDIGENTS-
Sauter vers: